Sorties CD

Toutes les sorties CD du moment et à venir...

Sorties CD de la semaine du 16-23 avril 2013

L’album Let’s Face the Music and Dance de Willie Nelson and Family est en haut de liste des albums country à sortir cette semaine. Le nouveau projet musical du Membre du Country Music Hall of Fame pour le label Legacy Recordings le fait interpréter aussi bien des classiques pop des années 30 (comme le titre "Walking My Baby BackHome"), un instrumental de Django Reinhardt (intitulé "Nuages") qu’un rockabilly de Carl Perkins, son hit "Matchbox."

Les autres sorties comprennent le nouvel album de Steve Earle The Low Highway (New West) ou Kim Richey et son Thorn in My Heart (Yep Rock). L’artiste connu précédemment sous le nom de Jonny Corndawg revient sous le nom de Jonny Fritz avec  Dad Country (ATO Records). De plus, Krystal Keith, la fille de Toby Keith, nous offer son EP éponyme de 4 titres (Show Dog-Universal Music).

 

Voici la liste des sorties de la semaine :

Kim Richey – Thorn in My Heart

kim

Steve Earle – The Low Highway


The Steel Wheels – No More Rain


Willie Nelson – Let’s Face the Music and Dance


Granger Smith – Dirt Road Driveway

Casey Donahew – Standoff

Jonny Fritz – Dad Country

dadcountryjohnnyfritz.jpg
Krystal Keith - Krystal Keith EP

krystal-keith-ep-1.jpg

Sorties CD de la semaine du 8-14 avril 2013

Eric Church et Brad Paisley ont sorti leurs nouveaux albums respectifs mardi 9 avril, faisant suite à leurs performances durant le show accompagnant la cérémonie des Academy of Country Music Awards.

Church, qui a gagné le prix du meilleur album de l’année pour son chef d’œuvre Chief, nous offre son Caught in the Act : Live (RCA Records), un projet enregistré en octobre au Tivoli Theatre à Chattanooga, Tennessee. Les 17 morceaux contiennent les désormais célèbres hymnes "Springsteen," "Smoke a Little Smoke," "How 'Bout You" et "Creepin'."

Paisley, quant à lui, a finalement sorti son Wheelhouse (Arista Nashville) sur lequel on retrouve le tube "Southern Comfort Zone" et son deuxième single "Beat This Summer. " Il attire l’attention de tous les medias nationaux cette semaine pour son titre "Accidental Racist", une chanson sur laquelle le rapper LL Cool J apparait et qui traite du sujet sensible du racisme dans le sud des États-Unis.

Les fans inconditionnels de Dolly Parton et Willie Nelson pourront compléter leur discographie avec leurs collaborations sur l’album de duos de Paul Anka intitule simplement Duets (Sony Legacy).

Chuck Wicks qui atteignit le Top 10 des singles en 2007 avec son "Stealing Cinderella" revient avec un EP de 5 titres intitulé Rough (Liz Rose Music). Decouvrez ou re-découvrez cet artiste:



Voici la liste des sorties de la semaine :

April 9
Brad Paisley – Wheelhouse

Eric Church – Caught in the Act: Live


Paul Anka – Duets


Mark Newton & Steve Thomas – Reborn


Javi Garcia – The Great Controversy

Pour ceux qui ne connaissent pas encore Javi Garcia voici un petit extrait live :

Brad Paisley... Critique de son nouveau Wheelhouse (un titre en exclu)

En une année, Brad Paisley a joué sur le plateau de Garrison Keillor pour son émission "Prairie Home Companion," a fait une apparition dans la série animée "South Park " et a sorti son premier livre "Diary of a Player." Il n'est donc pas surprenant que lorsque le chanteur / compositeur / guitariste a intitulé son nouvel album "Wheelhouse" (espace personnel où on se sent à l’aise) il pensait évidemment à en sortir. Le premier single, "Southern Comfort Zone", le 21ème numéro 1 de Paisley, chante les louanges de son Tennessee ("my Tennessee Home") à l’unisson avec la chorale de Brentwood Baptist Church. Il encourage alors les sudistes (comprenez ici, les habitants du sud) à quitter leur environnement quotidien et visiter des villes comme Rome, Paris et bien d’autres, où tout le monde ne connait pas forcément les paroles de "Ring of Fire" ou "Amazing Grace" ("not everybody knows the words to ‘Ring Of Fire’ or ‘Amazing Grace.’")

Le natif de la Virginie-Occidentale a écrit et co-écrit les 14 chansons ainsi que les trois interludes présents sur l’album. Sa signature personnelle est remarquable dans les ballades attachantes ou les chansonnettes comiques comme "Death of a Single Man." Mais bien sûr, ce Wheelhouse, l’oblige à faire les choses différemment, s’offrant la participation d’Eric Idle (comique des Monty Python) pour "Death of a Married Man", sifflant l’introduction de Harvey Bodine ou en samplant le titre "Dang Me" de Roger Miller pour son morceau "Outstanding in Our Field" – une pirouette astucieuse sur cette compo où apparaissent également Dierks Bentley au chant et Hunter Hayes à la guitare.

Charlie Daniels pose sa voix unique sur les commentaires sportifs de "Karate" et LL Cool J rappe en parfaite contradiction avec la voix posée et lisse de Paisley sur "Accidental Racist" – morceau faisant réfléchir sur le racisme dans le sud des États-Unis. Pour vous faire une idée plus précise voici le morceau en exclusivite sur notre Blog:

Même la tradition de Brad de toujours inclure un chant chrétien sur chaque album se paie une cure de jouvence avec le "Those Crazy Christians." Avec ce Wheelhouse, qui sortira ce mardi, le son Paisley devient plus pop-rock et plus moderne que ce son que l’on lui connait – plus traditionnel et présent sur ses précédents albums. Mais, comme il l’a déclaré à maintes reprises depuis l’annonce de ce virage musical, "si vous faites parler les gens, les faites réfléchir, hérisser leurs poils alors vous êtes officiellement en vie ("Officially Alive," titre présent sur ce nouvel opus). "

Pour la première fois, sur ce neuvième album, Brad a choisi de produire toute la musique lui-même, chez lui, dans sa demeure du Tennessee, en compagnie de son groupe le suivant sur toutes ses tournées. Et comme pour tout le processus, il voulait également que chaque chanson soit un challenge à relever. "Chaque chanson devait inclure quelque chose de nouveau pour moi, quelque chose à laquelle on ne s’attend pas et qui interpelle à la première écoute," a-t-il expliqué à la presse. "Que ce soit dans les paroles, dans les boucles de samples, avec la participation de guests , l’addition d’un autre genre de music comme le rap ou la collaboration d’un comédien comme Eric Idle, j’avais besoin que cela fasse tourner toutes les têtes. " Il a précisé sa pensée par une image plutôt comique, évoquant son chien qui penche la tête quand il lui demande de faire quelque chose et qu’il ne comprend pas , "et bien, c’exactement la réaction que je voudrais créer avec chaque chanson. "

Le premier single "Southern Comfort Zone" – morceau familier pour les fans du chanteur puisque celui-ci est devenu numéro 1 des charts –  est une explication de texte, détaillant tout le projet de Brad sur cet album : quitter sa zone de confort et explorer d’autres univers tout en ressentant le manque de son territoire et environnement habituel. Il ne pensait pas en faire son premier single mais plutôt le mettre en première position sur l’album pour réellement introduire le projet que cache l’album entier et présenter à tout le monde la direction qu’il allait prendre – casser les frontières, les préjugés et sortir de notre petit cercle coutumier.

Le deuxième single "Beat This Summer" qui est actuellement diffusé sur les ondes radios est une chanson qui évoque l’histoire d’amour d’un jeune mec avec une jeune fille le temps d’un été. La chanson décrit ces des jeunes tombant amoureux et qui réalisent que ce la va être le meilleur été qu’ils aient pu rêver. Brad confessa que, plusieurs fois dans sa jeunesse, il se surprit de dire que son "été avait été encore meilleur que le dernier" et qu’il ne pensait pas que ce fut possible. D’où le titre "Beat This Summer." Cette chanson a une saveur particulière puisque Brad entamera sa tournée cet été et donc voudra également que celui-ci soit encore meilleur que le dernier. Cette chanson fut un vrai défi au point de vue du son car elle empreinte des sentiers reggae, hip-hop, tout utilisant des instruments traditionnels de la country. Brad révèle même que la boucle au tout début du morceau sonne très électro alors qu’en fait il s’agit d’une pedal-steel guitar. Bluffant…

Le virtuouse de la guitare avait décidé que sur cet album, il ne tomberait pas dans la simplicité et se mettrait en danger que ce soit "vocalement, musicalement, dans l’écriture ou dans les thèmes abordés. " Défi parfaitement relevé mais ce nouvel opus sera-t-il au goût des fans inconditionnels de musique country, dite traditionnelle ? Difficile à dire ? Mais on doit bien accorder à Brad le bénéfice du doute et sortir, nous aussi, de notre "Comfort Zone." Ce qu’il tente de nous dire à travers cet album, c’est qu’il voyage, aspire et goûte à de nouvelles expériences, tout comme nous devrions le faire dans nos vies de tous les jours. Comme il l’explique si bien dans l’une de ses vidéos à propos de "Southern Comfort Zone", peut-être est-il un globe-trotter averti maintenant, mais plus il "voyage, plus [il] découvre le monde, plus [il] aime son chez lui, son Tennessee. Et plus [il] aime les gens." Alors, voyageons avec lui et nous aimerons encore plus notre Wheelhouse – la country plus traditionnelle…

Kris Kristofferson - Feeling Mortal (critique) 2013


Même dans ses plus jeunes années, à ses débuts, Kris Kristofferson sonnait plus vieux que son âge. Sa voix éraillée et ses contes déchirants, racontés du point de vue de personnages las de ce monde, d’âmes parcourant les routes, seuls, à la recherche de la rédemption, ont permit de créer des chansons comme "Sunday Mornin 'Comin' Down", "The Pilgrim", "Help Me Make it Through the Night" et bien sûr le légendaire "Bobby McGee."

Il n’est pas surprenant alors, qu’à 76 ans, Kristofferson soit en pleine réflexion sur les choix à faire au crépuscule de sa vie. Ou que son nouvel album "Feeling Mortal" (Se sentir mortel) soit doté d’un titre qui reflète parfaitement sa détermination et sa résolution inébranlable quant à la vie. Kristofferson ne peut se laisser aller à ses vieux jours paisibles, emplis de joie ; non au lieu de ca, les chansons "Feeling Mortal", "Stairway to the Bottom", "Castaway" et "My Hear Was the Last One to Know" sont bourrées de ce même sentiment obscur et désespéré qui le hanta durant toute sa carrière. Sa voix est encore plus rauque qu’à l’accoutumée, ses récits toujours aussi crus et bruts, ce qui suggère que même après tant d’années de carrière et d’obscurité dans ses textes, Kris n’est toujours pas rassasié et pousse encore plus loin ses cruelles contemplations.

Néanmoins, la véritable préoccupation de Kristofferson n’est pas de passer en revue tous ses vieux regrets. Mais il s’agit bien de continuer d’affirmer son style cinglant, un fil rouge tout le long de sa carrière et qui transparaît encore aujourd’hui dans ses compositions. Ses mélodies, à l’inverse, sont tout ce qu’il y a de plus simple, de plus standard, parfaitement épurées pour mieux faire ressortir ses mots. Et même si quelques-unes de ces chansons ont été écrites 40 ans plus tôt, elles sont toujours d’actualité et semblent refléter le monde contemporain à travers les yeux du jeune mais surtout à travers la voix rauque du vieillissant Kris.


Notez que c’est bien en lisant les textes de Kristofferson que l’on se rend compte de son génie. Kris n’est peut-être pas le meilleur mélodiste, mais c’est bel et bien un conteur, un troubadour intemporel qui excelle dans l’art de l’écriture et de la narration…

Today in Country Music History

Aujourd'hui dans l'Histoire de la Country Music

17 mars 1972

Un festival en plein air à Dripping Springs au Texas est l'un des premiers à attirer les hippies et les fans de musique country traditionnelle. Au programme: Waylon Jennings, Willie Nelson, Loretta Lynn, Roy Acuff, Buck Owens, Kris Kristofferson, Tex Ritter et Tom T. Hall.

Kristofferson, Nelson, and Jennings (1972 - Festival)

Grâce aux groupes tels que The Byrds, The Grateful Dead ou Nitty Gritty Dirt Band, influencés par la country, les fans de rock commencèrent à s’intéresser de plus près à la scène country de l’époque – pas les crooners de Nashville ou John Denver, mais, bien sûr, les Outlaws, Gram Parsons et autres pionniers  du genre. Quelques grands noms du rock étaient réputés comme ayant débuté leurs carrières en jouant du bluegrass. C’était le cas du membre co-fondateur du groupe Eagles, mondialement connu, Bernie Leadon, ou encore Jerry Garcia des Grateful Dead.

La convergence du rock et de la country a trouvé son expression concrète le 17 mars 1972 à Dripping Springs durant un festival de 3 jours. Les fans de rock aux cheveux longs ainsi que les fans inconditionnels de country – joints et stetsons pour faire plus simple – se rassemblèrent pour voir jouer une longue liste d’artistes dont les Outlaws. Le style Outlaw sortait des sentiers battus et séduisait également le marché rock à l’époque. Cela fut confirmé par la suite par l’immense succès de l’album de Willie Nelson, le fameux Red Headed Stranger. L’année suivante, un album d’anciennes compositions par Jennings, Nelson, Jessi Colter et Tompall Glaser, sortait dans les bacs – Wanted ! The Outlaws. Cela deviendra le premier album country à se vendre au dessus de la barre du million d’exemplaires. La country music et le rock pour un weekend… une association que l’on retrouve toujours dans les sorties d’albums country de nos jours…For the best !!

The Mavericks - Nouveau morceau en écoute...

Le groupe phare des années 90, The Mavericks, n’ont jamais été de ceux qui suivent les modes et tendances musicales pour des raisons commerciales et ce nouvel album confirme cette particularité. Ce superbe In Time se classe dans la lignée de leurs derniers opus néo-traditionnels. Cette chanson apparait en version anglaise et espagnole sur l’album et met à l’honneur un groupe qui retrouve plus que jamais son niveau après une longue traversée du désert. Écoutez ce premier morceau intitulé Come Unto Me et faites-vous votre propre opinion…

the-mavericks.jpg

Une ancienne chanson de Chesney sonne brillamment moderne

Kenny Chesney

Sur le prochain album de Kenny Chesney, "Life on the Rock", se trouve une chanson intitulée tout simplement  "Lindy", qu’il aurait commencé à écrire il y a sept ans. Pour mieux situer la période, cela correspondrait  à la même époque durant laquelle Chesney a enregistré "Beer in Mexico", qu’il écrivit également, tout comme "Who You’d Be Today" et "Living in Flash Forward. " Du très grand Chesney, au sommet de son art. Mais est-ce que cette nouvelle chanson sonne vintage, ou emprunte-t-il une vieille recette pour en faire du neuf ? À vrai dire, un peu des deux… car on reconnait de suite la patte Chesney et l’intrigue est posée quelque part sur une île, un thème déjà abordé précédemment.

Lindy semble être un homme sans-abri que Chesney décrit comme se baladant, flânant sans aucun but. "Il joue du piano à l’église alors que personne ne le regarde, prend des cigarettes tendues par des mains inconnues, parfois même, se parle à lui-même et rit seul ", annonce le chanteur dans son communiqué de presse. La chanson veut décrire l’esprit d’un homme seul qui semble ne pas avoir de maison et qui paradoxalement trouve son chez-lui partout où il se promène et si sent bien.

Si vous pré-commandez le nouvel album sur iTunes, vous obtiendrez "Lindy" en téléchargement instantané. Et si vous voulez découvrir un peu plus profondément le territoire vintage de Chesney et entendre d’autres compositions sur des hommes qui doivent surmonter des moments difficiles, écoutez ses bouleversantes "That’s Why I’m Here" et "The Tin Man". Si vous désirez encore découvrir un personnage saisissant (qui ressemble étrangement à Lindy), un sans-abri, errant dans les rues mais qui se sent parfaitement bien dans cette situation, je vous conseillerais alors "The Life".

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site