Feeling Mortal

Kris Kristofferson - Feeling Mortal (critique) 2013


Même dans ses plus jeunes années, à ses débuts, Kris Kristofferson sonnait plus vieux que son âge. Sa voix éraillée et ses contes déchirants, racontés du point de vue de personnages las de ce monde, d’âmes parcourant les routes, seuls, à la recherche de la rédemption, ont permit de créer des chansons comme "Sunday Mornin 'Comin' Down", "The Pilgrim", "Help Me Make it Through the Night" et bien sûr le légendaire "Bobby McGee."

Il n’est pas surprenant alors, qu’à 76 ans, Kristofferson soit en pleine réflexion sur les choix à faire au crépuscule de sa vie. Ou que son nouvel album "Feeling Mortal" (Se sentir mortel) soit doté d’un titre qui reflète parfaitement sa détermination et sa résolution inébranlable quant à la vie. Kristofferson ne peut se laisser aller à ses vieux jours paisibles, emplis de joie ; non au lieu de ca, les chansons "Feeling Mortal", "Stairway to the Bottom", "Castaway" et "My Hear Was the Last One to Know" sont bourrées de ce même sentiment obscur et désespéré qui le hanta durant toute sa carrière. Sa voix est encore plus rauque qu’à l’accoutumée, ses récits toujours aussi crus et bruts, ce qui suggère que même après tant d’années de carrière et d’obscurité dans ses textes, Kris n’est toujours pas rassasié et pousse encore plus loin ses cruelles contemplations.

Néanmoins, la véritable préoccupation de Kristofferson n’est pas de passer en revue tous ses vieux regrets. Mais il s’agit bien de continuer d’affirmer son style cinglant, un fil rouge tout le long de sa carrière et qui transparaît encore aujourd’hui dans ses compositions. Ses mélodies, à l’inverse, sont tout ce qu’il y a de plus simple, de plus standard, parfaitement épurées pour mieux faire ressortir ses mots. Et même si quelques-unes de ces chansons ont été écrites 40 ans plus tôt, elles sont toujours d’actualité et semblent refléter le monde contemporain à travers les yeux du jeune mais surtout à travers la voix rauque du vieillissant Kris.


Notez que c’est bien en lisant les textes de Kristofferson que l’on se rend compte de son génie. Kris n’est peut-être pas le meilleur mélodiste, mais c’est bel et bien un conteur, un troubadour intemporel qui excelle dans l’art de l’écriture et de la narration…

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×