Country

Sorties CD de la semaine du 8-14 avril 2013

Eric Church et Brad Paisley ont sorti leurs nouveaux albums respectifs mardi 9 avril, faisant suite à leurs performances durant le show accompagnant la cérémonie des Academy of Country Music Awards.

Church, qui a gagné le prix du meilleur album de l’année pour son chef d’œuvre Chief, nous offre son Caught in the Act : Live (RCA Records), un projet enregistré en octobre au Tivoli Theatre à Chattanooga, Tennessee. Les 17 morceaux contiennent les désormais célèbres hymnes "Springsteen," "Smoke a Little Smoke," "How 'Bout You" et "Creepin'."

Paisley, quant à lui, a finalement sorti son Wheelhouse (Arista Nashville) sur lequel on retrouve le tube "Southern Comfort Zone" et son deuxième single "Beat This Summer. " Il attire l’attention de tous les medias nationaux cette semaine pour son titre "Accidental Racist", une chanson sur laquelle le rapper LL Cool J apparait et qui traite du sujet sensible du racisme dans le sud des États-Unis.

Les fans inconditionnels de Dolly Parton et Willie Nelson pourront compléter leur discographie avec leurs collaborations sur l’album de duos de Paul Anka intitule simplement Duets (Sony Legacy).

Chuck Wicks qui atteignit le Top 10 des singles en 2007 avec son "Stealing Cinderella" revient avec un EP de 5 titres intitulé Rough (Liz Rose Music). Decouvrez ou re-découvrez cet artiste:



Voici la liste des sorties de la semaine :

April 9
Brad Paisley – Wheelhouse

Eric Church – Caught in the Act: Live


Paul Anka – Duets


Mark Newton & Steve Thomas – Reborn


Javi Garcia – The Great Controversy

Pour ceux qui ne connaissent pas encore Javi Garcia voici un petit extrait live :

Today in Country Music History

Aujourd’hui dans l’Histoire de la Country Music:

11 avril 1978


L’album "Waylon & Willie" issu de la collaboration entre Waylon Jennings et Willie Nelson est certifié disque de platine.

Waylon & Willie est donc un album en duo qui sortit sur le label RCA Victor en 1978. Il resta 10 semaines à la première place des charts d’albums country. L’album contient trois chansons interprétées individuellement par Willie and Waylon ainsi que cinq duos. Quelques-unes des compositions de l’album avaient déjà été soit présentes sur d’autres albums ou bien interprétées en live mais jamais enregistrées.

Le titre phare de l’album est "Mamas Don't Let Your Babies Grow Up to Be Cowboys", qui atterrira à la première place des charts country, entrera dans les charts pop et remportera le Grammy Award de la meilleure performance country par un duo ou groupe. Trois autres morceaux terminèrent numéros 1; il s’agit de "Lookin' for a Feeling", "I Can Get Off on You" et "The Wurlitzer Prize (I Don't Want to Get Over You)", tandis que "If You Can Touch Her at All" finit lui aussi dans le top 5.

Les notes présentes sur la pochette, complimentant Jennings et Nelson sur leur capacité à surprendre et offrir une performance commune solide, furent écrites par Chet Flippo de Rolling Stone Magazine. Waylon & Jenning fut réédité en 2001 par RCA Records incluant 3 inédits – non-présents sur les versions précédentes.

Le nouvel album de Brad Paisley "Wheelhouse" en exclusivité!!

À la veille de la sortie officielle de Wheelhouse, nouvel album de Brad Paisley, nous avons le plaisir de vous offrir l’écoute de l’intégralité de sa version deluxe – incluant quelques morceaux bonus. Dégustez, appréciez et commentez sur notre page Facebook :

1) Bon Voyage

2) Southern Comfort Zone

3) Beat This Summer

4) Oustanding In Our Field

5) Pressing On A Bruise

6) I Can’t Change the World

7) Onryo

8) Karate

9) Death of A Married Man

10) Harvey Bodine

11) Tin Can On A String

12) Death Of A Single Man

13) The Mona Lisa

14) Accidental Racist

15) Runaway Train

16) Those Crazy Christians

17) Officially Alive

18) Yankee Doodle Dixie

19) Facebook Friends

20) Get Even

21) Southern Comfort Zone (Acoustic)

 

Brad Paisley... Critique de son nouveau Wheelhouse (un titre en exclu)

En une année, Brad Paisley a joué sur le plateau de Garrison Keillor pour son émission "Prairie Home Companion," a fait une apparition dans la série animée "South Park " et a sorti son premier livre "Diary of a Player." Il n'est donc pas surprenant que lorsque le chanteur / compositeur / guitariste a intitulé son nouvel album "Wheelhouse" (espace personnel où on se sent à l’aise) il pensait évidemment à en sortir. Le premier single, "Southern Comfort Zone", le 21ème numéro 1 de Paisley, chante les louanges de son Tennessee ("my Tennessee Home") à l’unisson avec la chorale de Brentwood Baptist Church. Il encourage alors les sudistes (comprenez ici, les habitants du sud) à quitter leur environnement quotidien et visiter des villes comme Rome, Paris et bien d’autres, où tout le monde ne connait pas forcément les paroles de "Ring of Fire" ou "Amazing Grace" ("not everybody knows the words to ‘Ring Of Fire’ or ‘Amazing Grace.’")

Le natif de la Virginie-Occidentale a écrit et co-écrit les 14 chansons ainsi que les trois interludes présents sur l’album. Sa signature personnelle est remarquable dans les ballades attachantes ou les chansonnettes comiques comme "Death of a Single Man." Mais bien sûr, ce Wheelhouse, l’oblige à faire les choses différemment, s’offrant la participation d’Eric Idle (comique des Monty Python) pour "Death of a Married Man", sifflant l’introduction de Harvey Bodine ou en samplant le titre "Dang Me" de Roger Miller pour son morceau "Outstanding in Our Field" – une pirouette astucieuse sur cette compo où apparaissent également Dierks Bentley au chant et Hunter Hayes à la guitare.

Charlie Daniels pose sa voix unique sur les commentaires sportifs de "Karate" et LL Cool J rappe en parfaite contradiction avec la voix posée et lisse de Paisley sur "Accidental Racist" – morceau faisant réfléchir sur le racisme dans le sud des États-Unis. Pour vous faire une idée plus précise voici le morceau en exclusivite sur notre Blog:

Même la tradition de Brad de toujours inclure un chant chrétien sur chaque album se paie une cure de jouvence avec le "Those Crazy Christians." Avec ce Wheelhouse, qui sortira ce mardi, le son Paisley devient plus pop-rock et plus moderne que ce son que l’on lui connait – plus traditionnel et présent sur ses précédents albums. Mais, comme il l’a déclaré à maintes reprises depuis l’annonce de ce virage musical, "si vous faites parler les gens, les faites réfléchir, hérisser leurs poils alors vous êtes officiellement en vie ("Officially Alive," titre présent sur ce nouvel opus). "

Pour la première fois, sur ce neuvième album, Brad a choisi de produire toute la musique lui-même, chez lui, dans sa demeure du Tennessee, en compagnie de son groupe le suivant sur toutes ses tournées. Et comme pour tout le processus, il voulait également que chaque chanson soit un challenge à relever. "Chaque chanson devait inclure quelque chose de nouveau pour moi, quelque chose à laquelle on ne s’attend pas et qui interpelle à la première écoute," a-t-il expliqué à la presse. "Que ce soit dans les paroles, dans les boucles de samples, avec la participation de guests , l’addition d’un autre genre de music comme le rap ou la collaboration d’un comédien comme Eric Idle, j’avais besoin que cela fasse tourner toutes les têtes. " Il a précisé sa pensée par une image plutôt comique, évoquant son chien qui penche la tête quand il lui demande de faire quelque chose et qu’il ne comprend pas , "et bien, c’exactement la réaction que je voudrais créer avec chaque chanson. "

Le premier single "Southern Comfort Zone" – morceau familier pour les fans du chanteur puisque celui-ci est devenu numéro 1 des charts –  est une explication de texte, détaillant tout le projet de Brad sur cet album : quitter sa zone de confort et explorer d’autres univers tout en ressentant le manque de son territoire et environnement habituel. Il ne pensait pas en faire son premier single mais plutôt le mettre en première position sur l’album pour réellement introduire le projet que cache l’album entier et présenter à tout le monde la direction qu’il allait prendre – casser les frontières, les préjugés et sortir de notre petit cercle coutumier.

Le deuxième single "Beat This Summer" qui est actuellement diffusé sur les ondes radios est une chanson qui évoque l’histoire d’amour d’un jeune mec avec une jeune fille le temps d’un été. La chanson décrit ces des jeunes tombant amoureux et qui réalisent que ce la va être le meilleur été qu’ils aient pu rêver. Brad confessa que, plusieurs fois dans sa jeunesse, il se surprit de dire que son "été avait été encore meilleur que le dernier" et qu’il ne pensait pas que ce fut possible. D’où le titre "Beat This Summer." Cette chanson a une saveur particulière puisque Brad entamera sa tournée cet été et donc voudra également que celui-ci soit encore meilleur que le dernier. Cette chanson fut un vrai défi au point de vue du son car elle empreinte des sentiers reggae, hip-hop, tout utilisant des instruments traditionnels de la country. Brad révèle même que la boucle au tout début du morceau sonne très électro alors qu’en fait il s’agit d’une pedal-steel guitar. Bluffant…

Le virtuouse de la guitare avait décidé que sur cet album, il ne tomberait pas dans la simplicité et se mettrait en danger que ce soit "vocalement, musicalement, dans l’écriture ou dans les thèmes abordés. " Défi parfaitement relevé mais ce nouvel opus sera-t-il au goût des fans inconditionnels de musique country, dite traditionnelle ? Difficile à dire ? Mais on doit bien accorder à Brad le bénéfice du doute et sortir, nous aussi, de notre "Comfort Zone." Ce qu’il tente de nous dire à travers cet album, c’est qu’il voyage, aspire et goûte à de nouvelles expériences, tout comme nous devrions le faire dans nos vies de tous les jours. Comme il l’explique si bien dans l’une de ses vidéos à propos de "Southern Comfort Zone", peut-être est-il un globe-trotter averti maintenant, mais plus il "voyage, plus [il] découvre le monde, plus [il] aime son chez lui, son Tennessee. Et plus [il] aime les gens." Alors, voyageons avec lui et nous aimerons encore plus notre Wheelhouse – la country plus traditionnelle…

Dustin Lynch, coup de coeur de la semaine!!

Originaire de Tullahoma au Tennessee, il choisit son université en prenant en compte la distance qui la sépare du célèbre Bluebird Café. Il alla jusqu’à louer un appartement donnant sur le parking arrière de cette fameuse salle, ce qui lui permit de s’y rendre régulièrement pour voir jouer un grand nombre d’artistes ainsi que d’assister à plusieurs sessions d’écriture. Un vrai déclencheur dans la carrière de Dustin.

Il fut, dans un premier temps, engagé comme auteur-compositeur… et qu’il fut prolifique!! Pas moins de 200 chansons écrites en seulement deux !! Ce qui lui valut d’obtenir un rendez-vous avec l’un des grands patrons du Label qui lui proposa de produire son propre album. Il signa son contrat chez Broken Bow Records  – maison de disque de Jason Aldean – fin 2011 et sortit son premier single "Cowboys and Angels" en janvier 2012. Lors de ce même mois, Country Weekly débuta la diffusion de ses chansons sur son site internet. Le deuxième single tiré de son album s’intitule "She Cranks My Tractor" et est, bien évidemment disponible sur notre Blog, alors faites-vous plaisir, écoutez ce bon gros son country… un jeune talent à surveiller de près !!

Brad Paisley... extraits de son interview pour Parade

Dans le numéro de ce weekend de Parade, la star de la country, Brad Paisley, raconte tout sur son nouvel album provocateur qui sortira le 9 avril, sur sa vie de famille dans sa ferme de Nashville et pourquoi il a du mal à vaincre son addiction au travail…

Concernant "Those Crazy Christians" qui traite de la religion du point de vue d'un non-croyant:

"C'est ce que je considère comme une chanson gospel, peut-être la plus importante que j'ai jamais faite. ... Je l'ai écrite peu de temps après que mon cousin par alliance ne décède en 2011. Jouer le rôle du sceptique ... c'est un quelque chose de beaucoup plus profond pour moi qui suis en faveur des croyances, ainsi que de regarder les choses déconcertantes de la vie comme elles sont."

Paisley, partagé entre le travail et vie privée:

"C’est difficile et parfois même frustrant. Quand vous êtes une personne créative, il y a des moments où vous n'êtes plus à l’écoute. Vous savez, je pourrais être en face de vous et penser complètement à autre chose."

Sur sa rencontre avec sa femme, l’actrice Kimberley Williams-Paisley, quand il l’a choisie pour un rôle dans un de ses clips, après l’avoir repérée dans Le père de la mariée :

"Je me suis servi du clip comme prétexte pour la rencontrer et cela a plutôt bien marché. Je ne pensais pas qu’elle finirait par m’épouser" ajoute-t-il malicieusement.

Sur le fait qu’il n’ait pas fait d’apparition dans la série Nashville, dans laquelle sa femme joue :

"Ils m’ont demandé mais c’est un peu étrange de voir Kim jouer quelqu’un d’autre… je ne peux pas vraiment le regarder. C’est incontestablement très bon mais en même temps trop proche de ce que je fais tous les jours. "

Sur son appréhension quant à la réaction de ses fans à propos de son déroutant Wheelhouse :

"Peut-être suis-je trop naïf, mais j’ai foi en eux car ils me suivent depuis des années maintenant et me connaissent parfaitement. Ce n’est pas comme si je n’étais plus le même homme avec cet album…"

Jason Aldean: Nouveau Clip "1994"

Une star de la Country Music remet le mulet (coiffure à la mode au début des années 90) sur le devant de la scène – et ce n’est pas Billy Ray Cyrus !!

Jason Aldean entreprend un retour dans les années 90 avec le clip de son dernier single "1994" et pour ce faire a invité tout un tas d’amis – stars de la country.

Dierks Bentley, Lady Antebellum, Luke Bryan, Hayden Panettiere (star de la série Nashville), Florida Georgia Line, Little Big Town, Thomas Rhett et Jake Owen font leur apparition dans le "Diffie-izer", une cabine vidéo qui les ramène à l’âge d’or de Joe Diffie.

La vidéo met également en scène Joe Dirt, célèbre sosie, des voitures tunées et gonflées à bloc ainsi que des pas de danse loufoques qui vous ramènent 20 ans plus tôt. À voir absolument, la vidéo est ci-dessous :

Today in Country Music History

Aujourd’hui dans l’histoire de la Country Music:

22 mars 1995

Dwight Yoakam reçoit un disque de platine pour son album "Buenas Noches From A Lonely Room."

 

Le 3ème album de Dwight sortit en août 1998 et fut un énorme succès. Cet opus fut couronné d’un disque de platine et devint son 3ème album à se classer numéro 1. Produit par Pete Anderson, comme pour les deux premiers, l'ambiance est résolument rétro-cool avec le violon en premier plan et, parfois, quelque chose de brutal dû au rythme soutenu et aux gémissements de Dwight, ce qui imprègne les chansons de sentiments variés.

Depuis son ascension, Dwight admit ouvertement l'influence majeure du son de Bakersfield en général et de Buck Owens en particulier. Ce dernier sortit de sa retraite pour un duo avec Dwight sur le premier single, "Streets Of Bakersfield" (reprise d'une chanson de Joy Homer que Buck avait enregistrée dans les années 70).

Cela devint le premier single numéro 1 de Dwight et le dernier de Buck. Une belle revanche contre ceux qui regardaient de haut les chanteurs du sud, qui vivaient à Bakersfield dans les années 60 ; ce qui ressort principalement de ce duo est son côté jovial, franche camaraderie, bien aidés par l’accordéon de Flaco Jimenez. Buck tenta un retour sur le devant de la scène en enregistrant trois nouveaux albums pour son vieux label Capitol, mais les radios ne furent pas séduites par son travail, le boudant copieusement, ce qui le décida de nouveau à prendre sa retraite.

Dwight, à l’inverse, était sur une pente ascendante que ce soit d’un point de vue commercial ou artistique. "Streets Of Bakersfield" fut rejoint, en haut des charts, par l’histoire exceptionnelle histoire que contient le titre "I Sang Dixie." Le personnage de cette chanson chante "Dixie" pour un alcoolique, mourant, échoué en pleine rue de Los Angeles, alors que les passants restent impassibles et continuent leurs routes. Touchant sans être trop sentimental et magnifiquement interprétée, ce titre est l’un de mes préférés par Dwight.

"Buenas Noches From A Lonely Room (She Wore Red Dresses)", dernier single tiré de l’album ne parvint pas à percer dans les classements – une petite 40ème place seulement.

Dans la merveilleuse mais tout aussi sombre "One More Name", il broie du noir après que sa femme ne parle imprudemment dans son sommeil, confirmant la rumeur locale à laquelle il avait jusqu’à maintenant refusé de croire. La souffrance du personnage et son désespoir quant à cette dure vérité fait ressentir à chacun une expression de revanche et même plus – vous pouvez effectivement ressentir ses pulsions homicides et ses envies de meurtres.

"Floyd County" présente  l’enterrement d’un père de famille venant des montagnes du Kentucky. Dwight clôt l’album avec un gospel, à la sauce country traditionnelle, "Hold On To God", écrit et enregistré pour sa mère. Un parfait exemple du mouvement néo-traditionnel du début des années 1990 et qui ne souffre d’aucune comparaison – encore aujourd’hui. Ce sont des albums comme celui-ci qui ont ravivé la flamme pour cette country traditionnelle sans pour autant sonner démodé, dépassé et vieillot aux oreilles des générations suivantes…

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site