Blog

Les Outlaws réunis pour une bonne cause... All for the Hall.

Avec une liste d’artistes qui comptait Willie Nelson, Kris Kristofferson, Kid Rock, Jason Aldean et Eric Chruch, une multitude de Outlaws était présente mardi soir pour le quatrième concert annuel We’re All for the Hall organisé par Keith Urban au Bridgestone’s Arena de Nashville.

Au profit du Country Music Hall of Fame and Museum, la série de concert a réussi à récolter 1,5 millions de dollars pour les dépenses du musée. Le dernier concert, celui de mardi, à n’en pas douter, a du rapporter un bon paquet de dollars supplementaire.

Keith Urban et Vince Gill étaient les présentateurs et organisateurs de cette soirée de plus de trois heures de concerts intitulée : Rebels and Renegades : The Outlaws Are In.

"On a une putai** de liste d’artistes" avait promis Keith. Dans le passé, Keith et Vince chantaient leurs propres compositions avant de partager la scène avec leurs invites. Mais avec la longue liste de chanteur, cette année, ils ont réduits leurs sets pour faire place aux autres.

Brantley Gilbert est arrivé et a interprété "Country Must Be Country Wide" et le tube de David Allan Coe "If That Ain’t Country." Trace Adkins a pris position sur scène juste après Gilbert et la star "Rough and Ready" a semblé se délecter d’avoir Gill et Urban à ses côtés. Il lança un "Il faut que je prenne une photo de mes guitaristes" avant de prendre le cliché et de promettre de le publier sur Twitter. Le set de Adkins comprenait le morceau "Just Fishin’" ainsi que son terrible  "Ladies Love Country Boys."

Rosanne Cash était la suivante et a chanté le "Long Black Veil" de son père mais aussi son proper titre "Seven Year Ache."

Dans la pure tradition des Outlaws, il n’y a pas trop eu de blabla entre chaque performance. Ils sont là pour chanter, ce qu’ils font de mieux et rien d’autres. Billy Joe Shaver est donc monte pour chanter ses "I'm Just an Old Chunk of Coal" et "Live Forever," puis est descendu immédiatement pour laisser place à Eric Church qui a chanté "Ophelia" et chanson beaucoup plus sombre de Jim Ford, intitulée "Big Mouth USA".

Avant de commencer son set, Jessi Colter, veuve du regretté Waylon Jennings a explique qu’elle était là pour représenter Waylon, "une personne qui personnifiait ce mythe de l’Outlaw. " Elle a brillé par sa simplicité sur les morceaux "Why You Been Gone So Long," "I'm Not Lisa" et le premier titre qu’elle eut écrit après la mort de son mari, "You Were My Mountain."

Après deux heures de spectacle, Kid Rock a débarque sur scène pour mettre le feu dans la salle avec ses "Born Free" et "All Summer Long". Pas le temps de se rasseoir pour les spectateurs puisque le temps était venu pour Jason Aldean de prendre le relais avec ses "Take a Little Ride" et "My Kinda Party."

Tim McGraw a gagné le prix de l’entrée en scène la plus rapide, Keith a eu à peine le temps de l’annoncer que les fans l’avait déjà vu dans sa chemise blanche déboutonnée et son jean serré. Il a chanté "How Bad Do You Want It" et "Real Good Man."


L’un des moments les plus mémorables restera la performance de Hank Williams Jr. Il a permis à l’ensemble des musiciens, y compris Gill et Urban, de prendre une pause car il assurer son set de façon acoustique. Incroyable, il a interprété "Whiskey Bent and Hellbound," "All My Rowdy Friends (Have Settled Down)," "Theme from The Dukes of Hazzard" et "I Walk the Line."

"Si vous allez au Hall of Fame, vous apprendrez tout un tas de chose, comme par exemple, que June Carter Cash était ma marraine" déclara-t-il juste avant d’entamer les première paroles de "Walk The Line. " À la première écoute, la reprise de ce titre par Williams sonnait tellement proche de celle de Johnny Cash que l’on aurait pu se demander qui la chantait réellement, superbe…

Loretta Lynn était initialement prévue mais a du annuler pour cause de maladie dans son entourage très proche et c’est donc Sheryl Crow qui a pris sa place dans cette soirée chantant "Picture" avec Kid Rock et son tube de 1996 "If It Makes You Happy."

Le légendaire Kris Kristoffersson fit son apparition au centre de la salle pour ses "Sunday Morning Coming Down" et "Me and Bobby McGee." La dernière performance solo était celle de Willie Nelson. Au moment où il a entamé son fameux "On The Road Again" le public entier s’est levé pour l’acclamer avant qu’il enchaîne avec "Roll Me Up and Smoke Me When I Die."

Urban et Gill ont ensuite rappelé les artistes de la soirée sur scène pour une reprise de Hank Williams Jr, "Family Tradition" qui inclut des questions-réponses, et allers-retours entre les fans et les chanteurs, grand moment de partage…

Même s’il ne sait pas encore quel sera le thème de l’année prochaine, Urban lança un "On se voit pour le All for the Hall 5" avant de remercier tout le monde et souhaiter une bonne fin de soirée à tout le monde.

Billy Ray Cyrus: A livre ouvert

Plus de 20 ans après son Achy Breaky Heart, Billy Ray Cyrus est un nom des plus reconnus de la musique country. Aujourd’hui, il met sa vie sur papier dans Hillbilly Heart, son autobiographie publiée par Amazon cette semaine.

"C'était comme si il y avait eu beaucoup d'idées fausses sur moi, beaucoup de mensonges, vous voyez? Beaucoup de choses ont été dites sur moi," remarque-t-il. "Parfois, je regarde ma vie et je me dis , ‘Comment ma vie a-t-elle pu finir par être quelque chose qui est davantage centrée sur mon personnage  plutôt que la personne que je suis vraiment? Tout ce que je voulais, c'était que la musique parle pour moi. Mais quand vous essayez de sortir de l'éclipse de "Achy Breaky Heart", c’est une chose très difficile à faire. J'ai passé les 20 dernières années à me réinventer à partir de cet instant.

Billy Ray Cyrus

Son single est resté plus de cinq semaines à la tête des charts en 1992 et son album Some Gave All a été vendu à plus de 9 millions de copies, ce qui a assis sa célébrité et lui a permis d’atteindre, à de maintes reprises, le Top 10 avec des titres comme "Could've Been Me," "She's Not Cryin' Anymore," "In the Heart of a Woman" et "Somebody New."

Après des décennies à se retrouver sous les critiques incessantes des journalistes et des traditionnalistes, Cyrus est résolument optimiste. On peut même dire de lui qu’il a de la chance de pouvoir toujours exercer son métier – et même d’être encore en vie.
"Je me disais, tu sais, tu vaux surement bien plus mort que vivant, et c’est assez déroutant de se retrouver dans cette position.  C’est vrai, c’est un fait. Mais j’ai réalisé que si je mourrais, alors quelqu’un prendrait sa plume et écrirait MA vie, et ce ne serait, bien évidemment, le strict reflet de ce qu’elle aurait été. Quelqu’un doit raconter cette vie, je suis d’accord avec ca, mais cette personne, cela ne peut être que moi. "

"Je pense que le tournant de ma vie et ma carrière est arrivé en juin 1992," se souvient-il. "Johnny Cash m’a écrit une lettre manuscrite. Trois paragraphes de sa propre main, avec sa plume, venant de lui… il m’a dit des choses vraiment sympas dans cette lettre. Mais surtout, il a termine cette lettre par ‘Laisses les tomber, moi, je suis dans ton coin. Johnny Cash’. Et j’avais vraiment besoin de cela dans cette première semaine de juin 1992, vraiment… J’avais besoin de savoir que Johnny Cash était de mon côté et que tout irait bien. "

En 2008, Cyrus a effectué son comeback musical avec un duo country "Ready, Set, Don't Go" avec sa fille Miley qui a atteint le Top 5. En 2012, il nous offre un nouvel album, très bien accueilli par la presse spécialisée, intitulé Change My Mind. Ses différentes influences musicales y sont largement représentées. Après son passage sur Broadway en novembre et décembre comme star de la comédie musicale Chicago, Cyrus se concentre essentiellement sur sa tournée 2013.

"J’aime toujours avoir un nouveau challenge et je sentais que j’avais besoin d’écrire ce livre… C’est l’occasion de dire merci et 20 vingt après, voici où j’en suis. Je me réjouis d’être chanteur, compositeur et artiste originaire de Flatwoods, Kentucky, qui aime la musique country. Je vais faire le tour du monde et célébrer cette chance. C'est mon objectif pour 2013. Maintenant, en 2014, il se pourrait très bien que je sois assis à l'extérieur à couper du foin pour le restant de ma vie, mais 2013 est pour moi, l’année de la fête de la musique country et de ce que j'aime. "

Today in Country Music History...

Aujourd’hui dans l’Histoire de la Country Music :

17 avril 2001



La maison de disque Arista sort l’album de Brooks & Dunn - "Steers & Stripes."

Steers & Stripes est le septième album studio, sorti en 2001, par le duo country Brooks & Dunn sur le label Arista Nashville. L’album donna cinq singles  à rentrer dans le classment Billboard Hot Country Singles (maintenant appellé Hot Country Songs), dont trois terminèrent numéro 1. "Ain't Nothing 'bout You", le premier single, fut leur plus grand success en restant plus de six semaines au sommet des charts. La chanson sera même élue chanson numéro des country charts par Billboard pour l’année 2001 complète.

Les titres suivants seront "Only in America" et "The Long Goodbye." Les deux derniers singles furent les très bons "My Heart Is Lost to You" (Top 5) et "Every River" (Top 20).

Academy of Country Music Awards: le récit d'une soirée minute par minute...

Le dimanche 7 avril 2013 a vu la cérémonie des Academy of Country Music Awards se dérouler au MGM Grand Garden Arena de Las Vegas. Nous allons, dans ce nouveau post, vous raconter l’ensemble des festivités minute par minute pour que ceux qui n’ont pas eu la chance de vivre cet évènement country dans son ensemble puisse en avoir une vue détaillée.

La 48ème édition des ACM Awards commenca tambour battant avec le tout nouveau titre de Blake Shelton "Boys 'Round Here." Blake fut rejoint par Luke Bryan, co-présentateur de l’évènement, sur ce titre tout en rimes saccadées et au tempo envoûtant. Luke Bryan s’essaya même à la "Dougie Dance", une danse venant du mouvement hip-hop et originaire du Texas selon laquelle le danseur bouge ses hanches et épaules d’un côté et de l’autre tout en passant une main dans ses cheveux ou au-dessus de sa tête. C’est ensuite Sheryl Crow qui fit son apparition sur ce même titre, une Sheryl magnifique dans sa robe dorée et qui réussît avec brio à imposer sa voix extraordinaire parmi ce festival de rimes. Vinrent alors les Pistol Annies, groupe vocal composé de Miranda Lambert, Ashley Monroe et Angaleena Presley. Elles donnèrent un côté très sexy au titre de Shelton avec leur tenues affriolantes (corsets noirs, portes jarretelles…) et livrèrent une performance incroyable de simplicité et de sensibilité, assurant les chœurs et harmoniques à la perfection. L’alchimie entre tous ces chanteur fut instantanée, cette jeunesse dans le monde de la country prenant du plaisir à chanter ensemble et partager un vrai moment de musique… Rafraîchissant, vraiment. Mais qu’aurait-été ce titre sans un solo époustouflant de virtuosité et plein d’émotion ? Encore une fois, Brad, qui est présenté en pleine chanson et dont le nom est scandé par M. Shelton, débarque, traverse le public avec son instrument préféré et joue son solo avec excellence et sincérité. La Telecaster de Brad rugit et déverse ses notes sur les paroles de la chanson chantées à l’unisson par cette brochette d’artiste de la nouvelle génération de la country music. Le public ne se trompe pas et ovationne tout ce plateau à la fin de ce premier titre live.

Après un " Bienvenu à la fête annuelle de la musique country, ici à Vegas", Bryan et Shelton échangèrent tout un tas de blagues quant à la virilité des deux compères. Amis dans la vie, cela n’empechera pas Luke Bryan de faire un parallèle avec le couple célèbre de la série Nashvile – Rayna James et Juliette Barnes. "Tu sais, cette super série Nashville, où une jeune star de la country music, fraiche, pleine d’énergie, d’originalité et de création détrône l’ancienne gloire de la vieillissante chanteuse country qui se reste dans ses carcans tradiotionnels… et bien, ca me fait penser à nous…" plaisanta Bryan, qui pourtant a le même âge que Blake Shelton, un moment très comique entre les deux hôtes d’un soir.

L’heure vint alors de présenter l’artiste suivant – Kenny Chesney. Celui-ci nous offrit une version de son nouveau titre "Pirate Flag", chanson durant laquelle les fans dans la salle brandirent et agitèrent de grand drapeaux ornés de têtes de morts, une très belle mise en scène et ambiance.

Bryan et Shelton se tranportèrent du MGM Grand à l’Orleans Arena où Brad Paisley, accompagné tout spécialement pour ce nouveau titre – "Oustanding In Our Field" – de Hunter Hayes à la guitare et de Dierks Bentley déchaîna la foule de fans venus prendre leur dose de solos twangy et de country rajeunie. Un seul point négatif à noter, le mix audio de ce titre live ne met pas assez en valeur les parties guitare de Brad qui semblent presque disparaitre vers la fin de la chanson, pile au moment il s’engage dans une bataille de solos avec Hunter Hayes qui se défend plutôt bien face au génie de la Telecaster. Dommage… mais vraiment un hymne à la fête, un rythme soutenu, un sample de "Dang Me" vraiment bien calé sur le tempo et une réelle synergie entre les trois chanteurs-musiciens. Très grand moment du spectacle et un triomphe bien mérité…

De retour au MGM, George Strait fait son apparition sur scène et chante son récent single "Give it All We Got Tonight." On s’attend à voir Garth Brooks monte sur scène pour une performance en duo, mais il n’en sera rien… on les reverra un peu plus tard pour un hommage à une personne très influente dans le monde de la country et qui comptaient énormément à leurs yeux. Évidemment, toute l’assemblée offre une standing-ovation grandiose à M. Strait.

L’artiste suivant nous a surpris avec une version live de son "Like Jesus Does" tout à fait boulversante. Il s’agit, bien sûr, d’Eric Church, qui pour ce morceau, s’accompagne uniquement de sa guitare acoustique et d’un micro très vintage. Valerie June assure les harmonies avec sa voix cristalline. La production du show a même été plus loin et nous a donné des images en noir et blanc du chanteur interprétant sa sublime composition, pleine de sentiments et d’émotions. Grand moment de la soirée, si ce n’est le plus grand…

Après toutes ces performances, peut-être est-il temps de décerner le premier prix de la soirée ? Apparemment… toujours pas, pour le bonheur de tous les fans de musique country car arrive le groupe Lady Antebellum pour chanter leur titre "Downtown." Moment émouvant quand nous avons apercu Charles Kelley passant sa main sur le petit ventre d’Hillary Scott, future maman, pour porter chance avant le show. Attendrissant…

Ne rêvons-nous pas? Il s’agit bien de la première remise de prix. Le ACM Award du meilleur duo ou groupe de l’année revient à Thompson Square, le couple à la ville qui se voit récompensé pour cette osmose parfaite sur les prestations live et sur leur magnifique album.

S’en suivra une performance des plus courtes par Brantley Gilbert qui chantera son "More Than Miles" durant une bonne minute… n’est-ce pas là une des performances les plus courtes de l’histoire des ACMs.

Luke Bryan et Blake Shelton, nos deux présentateurs d’une soirée, reviennent sur scène pour présenter l’artiste suivant. Bryan expose sa théorie selon laquelle les plus grandes stars de la musique country viennent de l’Oklahoma – citant avec le plus grand enthousiasme les noms de Vince Gill, Garth Brooks, Reba McEntire, Blake Shelton et l’artiste à venir… le sublime Carrie Underwood. Elle nous fit le plaisir d’interpréter son tube du moment, "Two Black Cadillacs," morceau durant lequel une longue limousine noire de la marque fit son apparition sur scène et surprit tout le public dans la salle de Las Vegas.

John Fogerty, ancien leader du Creedence Clearwater Revival, fait son entrée au côte de Miranda Lambert pour presenter les nominés pour l’album de l’année. Il lachera même un "je n’arrive pas à croire que je me tiens à côté de la belle Miranda Lambert" qui ne manquer pas de faire rougir la compagne du co-présentateur Blake Shelton. Et l’Award du meilleur album de l’année revient alors à Eric Church pour son chef d’œuvre "Chief", ému et fier à la fois et qui ne manquera pas de remercier tous les gens qui ont cru en lui ces dernières années, l’appuyant à continuer de faire ses propres choix musicaux et lui permettant de profiter de cette liberté pour créer et interpréter cet album qui lui tient énormément à cœur.

Blake Shelton revient cette fois-ci sur scène pour interpréter sa chanson, une version acoustique de son "Sure Be Cool If You Did", un grand écart si l’on compare ce titre au très "rappesque" "Boys ‘Round Here" et son flot de paroles au rythme soutenu. Joli moment d’intimite avec le chanteur…

The Band Perry monte sur scène pour interpréter leur tout nouveau single, eux aussi, l’énergique "Done." On est à bout de souffle après une telle performance, je crois qu’il nous faudrait quelques cannettes de RedBull pour être aussi énergique que ce groupe… peut-être même l’étaient ils un peu trop ? À vous de juger…

 

Scotty McCreery, le vainqueur de la dixième édition d’American Idol, présente l’award du Nouvel Artiste  de l’Année qui revient à Florida Georgia Line.

Le rap est de retour sur notre plateau country avec Jason Aldean et son 1994, que nous vous avions présenté dans un des nos post précédents sur ce même blog, il mets à l’honneur les années 90 avec son Joe Diffie.

Jake Owen apparait pour présenter, en compagnie de la star Kaley Cuoco, de la série "Big Bang Theory", l’award du meilleur groupe de l’année. Et les gagnants sont… Little Big Town. Entre cette soirée et leur nuit inoubliables aux Grammy Awards, on peut dire que ce quartet a passé une excellente année, souhaitons-leur le meilleur pour les prochaines années. Nous les retrouverons dans quelques minutes pour leur titre "Your Side of the Bed."

Si l’on aura vu Blake Shelton toute la soirée, en tant qu’artiste ou co-présentateur, nous avons le droit également à une importante dose de Miranda Lambert, ce qui n’est pas pour nous déplaire. À son tour, elle vient nous chanter un "Mama’s Broken Heart" de folie – complètement déchaîné et débridé, du grand show…

Arrivèrent alors deux magnifiques chanteuses, tant par leur voix que par leur beauté, Sheryl Crow et Kasey Musgraves, pour l’Award de la Chanson de l’Année. Et la gagnante est… Miranda Lambert pour son "Over You", écrite en collaboration avec son mari Blake Shelton qui lui rendit un magnifique hommage en acceptant de faire le discours de remerciements "Elle m’a fait prendre conscience que je n’ai jamais écrite une chanson aussi belle que les siennes, elle m’a réellement appris à écrire de belles chansons…" Miranda, avec cette même chanson, gagnera également l’award du meilleur single de l’année.

Et revoilà notre Little Big Town pour une interprétation de leur "Your Side of the Bed". La mise en scène est de nouveau époustouflante, un lit géant a été dressé verticalement sur scène et deux danseurs, jouant le rôle d’un couple, dansent, reliés à des filins et reproduisent les mouvements de nos deux amoureux dormant et se câlinant dans le lit. Moment magique, le temps s’arrête durant ces 4 minutes de chansons. Sublime…

Place aux trois artistes country suivants… Tim McGraw, Taylor Swift et Keith Urban qui ont fait équipe pour chanter "Highway Don't Care." Keith nous donne encore des frissons avec son solo interminable et si majestueusement délivré, tandis que Taylor Swift garde un côté très somber Durant toute la chanson, assez étonnant de la part de cette pétillante jeune femme, on en serait presque troublé.

LL Cool J, le célèbre rappeur, monte sur scène et tient à remercier Brad Paisley pour leur collaboration sur "Accidental Racist", morceau présent sur le nouvel album du guitariste virtuose mais aussi pour le tour qu’il lui a fait faire au Ryman Auditorium, berceau et haut lieu de la country à Nashville. Mais Brad partagera la scène avec son ami John Mayer ce soir pour un "Beat This Summer" tout simplement parfait. L’intro avec la voix de Mayer et les deux guitares est un petit bijou. Les fans de Brad étaient bien présents dans la salle car l’application smartphone qui leur était dédiée a, apparemment, eu du succès à en voir les images. En effet, cette application permettait d’émettre une lumière clignotante changeant de couleurs pendant toute la chanson, belle trouvaille…

Blake présente alors le prochain qui est autre que son partenaire d’un soir, Luke Bryan pour son nouveau titre "Crash My Party". Suite à sa performance, le nom de l’interprète masculin de l’annee est dévoilé, et il s’agit de… Jason Aldean pour cette année 2013.

Garth Brooks revient sur la scène, ce qui est rare de nos jours, pour rendre hommage à Dick Clark, qui a produit les shows et les retransmissions des ACM Awards durant des décennies et qui a quitté ce monde l’année dernière. George Strait, the King of Country, se joint à lui et nous donne sa magnifique version de "The Cowboy Rides Away", moment hautement émouvant et plein de sincérité dans toute la salle…

L’heure de l’award de l’interpète feminine de l’année est arrive et pour le presenter le talentueux Keith Urban. Et la gagnante est… Carrie Underwood, qui selon Keith, proche de la chanteuse, "l’a bien mérité cette année."

Une chose est sûre, Hunter Hayes n’est pas près d’oublier sa soirée aux ACM Awards. Entre sa performance au côté de Brad Paisley et un "Sir Duke" avec Stevie Wonder, le gamin est a pris plein les yeux mais ne s’est pas laisse démonte, bien au contraire.

L’heure fatidique de la remise de l’Award du Meilleur Artiste de l’Année est venue… et le gagnant est … LUKE BRYAN !!! Un Luke Bryan en pleurs dans les bras de Shania Twain qui lui remets le prix et qui a bien du mal à réaliser ce qui lui arrive. Il remercie bien évidemment : "tous les fans qui ont voté pour moi et qui me permettent de vivre cette vie incroyable, cette vie dont j’ai toujours rêvé, être chanteur country, partir en tournée, partager ces moments avec le plus grand nombre tous les soirs, merci à tous ceux pour qui j’ai joué en première partie, Jason Aldean, Tim McGraw, merci la country, merci à tous mes fans, merci de m’avoir laissé présenter ce show avec le magnifique Blake Shelton, merci…"

Après ce moment fort en emotions et tirera plus d’une larme pour tous ceux qui regarderont la video de Luke Bryan tenant son award et remerciant tout le monde, l’heure est venue de clore le show et qui de mieux que Stevie Wonder pour un "Signed, Sealed, Delivered" plus qu’approprié à la soirée, avec de nouveau Hunter Hayes, mais à la batterie cette fois puis Blake Shelton et Luke Bryan aux chœurs… Une soirée formidable, mémorable, pleine de country, à voir et revoir sans modération.

 

 

 

 

Today in Country Music History

Aujourd’hui dans l’Histoire de la Country Music :


12 avril 1957


Vincent Grant Gill est né le 12 avril 1957 à Norman dans l’Oklahoma. Son père J. Stanley Gill décédé en 1997, était juge fédéral et sa mère Jerere Gill était femme au foyer. Vince a grandi dans un milieu aisé. Son frère Bob est décédé en 1993, il a encore une sœur Gina.

Déjà au lycée il joua avec un groupe de Teenagers nommé «Bluegrass Revue», fin des années 1970. Joueur de golf invétéré, Vince a dû décider pendant ses études dans la High  School s’il poursuivrait dans une carrière de golfeur ou comme musicien. Vince a alors appris à jouer de la guitare, du banjo, de la mandoline et du violon.
Il commença à écrire «Go Rest High On That Mountain» pour le chanteur Keith Whitley qui décéda d’alcoolisme, et il compléta cette chanson après la mort de son frère en l’honneur des deux hommes. Il écrivit «It Won’t Be The Same This Year», une chanson de Noël pour son frère et «The Key» pour son père.

 Il fut sollicité pour rejoindre le groupe de Dire Straits, mais déclina afin de poursuivre sa carrière solo. Mark Knopfler de Dire Straits est un fan de la musique de Vince.
Sa carrière musicale débuta dans le Bluegrass et il s’installa dans le Kentucky, à Louisville en 1975 ou il joua dans des groupes comme Bluegrass Alliance, Mountain Smoke. Il joua également dans le groupe Boone Creek, avec Ricky Skaggs.

En 1976 Vince rejoint le groupe Sundance à Los Angeles avec le violoniste Byron Berline. Entre 1979 et 1983, il a été le chanteur du groupe de country-rock Pure Prairie League qui avait obtenu un Hit au Top 10 pop en 1980 avec «Let Me Love You Tonight».

Puis il devint membre du groupe Cherry Bombs de Rodney Crowell et de sa femme Rosanne Cash. (fille de Johnny Cash) Son voyage à Nashville en 1984 coïncida avec la signature du contrat d’enregistrement avec RCA qui se concrétisa par 3 singles au Top 10 «If It Weren’t For Him» avec Rosanne Cash, «Oklahoma Borderline» et «Cinderella».

Pendant les 5 années suivantes, Vince Gill passe beaucoup de temps dans les studios accompagnant les autres ou en tournée avec Emmylou Harris. Après le Label RCA, il rentre chez MCA et son premier album de country traditionnelle chez MCA en 1989 est «When I Call Your Name» vendu à 2 millions d’exemplaires.

De nombreux albums et singles seront en première ligne dans les charts durant les années 1990 tels que "I Still Believe in You," "Don't Let Our Love Start Slippin' Away," "The Heart Won't Lie" (avec Reba McEntire), "One More Last Chance" et "Tryin' to Get Over You."

Vince n’est pas seulement un grand chanteur, compositeur, producteur et musicien, mais également présentateur et ambassadeur de la Country Music dans des émissions de télévision comme les CMA Awards depuis 1992 ou CBS-TV. Il quitta le Label MCA avec son ami Tony Brown pour lancer le Label Universal South Records et produire lui-même en 2003 son premier album «Next Big Thing» avec en duo Amy Grant, Emmylou Harris, Lee Ann Womack et Michael McDonald.

Il chanta de nombreux autres duos avec notamment Dolly Parton, Alison Krauss, Reba McEntire, Barbara Streisand, Sheryl Crow, Diana Krall, Trisha Yearwood, Bonnie Raitt, Leann Rimes, Gretchen Wilson ....

Vince est membre du Grand Ole Opry et du Country Music Hall Of Fame depuis 2007. Vince a une carrière musicale très prolifique et a vendu plus de 23 millions d’albums. Il a obtenu pour cela de nombreuses récompenses et Awards.

Le palmarès des Academy of Country Music Awards 2013

Voici le palmarès complet des Academy of Country Music Awards 2013 qui se sont déroulés le dimanche 7 avril, donnant lieu à un spectacle époustouflant, tant par les performances vocales et musicales que par les noms affichés tout le long de la soirée :


Evènement vocal de l’année


“Don’t Rush” – Kelly Clarkson ft. Vince Gill
“Easy” – Rascal Flatts ft. Natasha Bedingfield
“Feel Like A Rock Star” – Kenny Chesney and Tim McGraw
“Let It Rain” – David Nail ft. Sarah Buxton
“The Only Way I Know” – Jason Aldean, Luke Bryan, Eric Church


Vidéo de l’année


“Creepin’” – Eric Church
“Merry Go ‘Round” – Kacey Musgraves
“Tornado” – Little Big Town
“Wanted” – Hunter Hayes
“We Are Never Ever Getting Back Together” – Taylor Swift
“The Wind” – Zac Brown Band

Duo de l’année

Big & Rich
Florida Georgia Line
Love and Theft
Sugarland
Thompson Square


Album de l’année


Blown Away – Carrie Underwood
Chief – Eric Church
Red – Taylor Swift
Tailgates & Tanlines – Luke Bryan
Tornado – Little Big Town

Révélation de l’année


Florida Georgia Line
Brantley Gilbert
Jana Kramer

Groupe de l’année


The Band Perry
Eli Young Band
Lady Antebellum
Little Big Town
Zac Brown Band

Chanson de l’année


“A Woman Like You” – Lee Brice
“Even If It Breaks Your Heart” – Eli Young Band
“Over You” – Miranda Lambert (écrite par Blake Shelton, Miranda Lambert)
“Springsteen” – Eric Church
“Wanted” – Hunter Hayes

Single de l’année


“Even If It Breaks Your Heart” – Eli Young Band
“Over You” – Miranda Lambert
“Pontoon” – Little Big Town
“Springsteen” – Eric Church
“Wanted” – Hunter Hayes

Interprète masculine de l’année


Jason Aldean
Luke Bryan
Eric Church
Toby Keith
Blake Shelton

Interprète féminine de l’année


Miranda Lambert
Martina McBride
Kacey Musgraves
Taylor Swift
Carrie Underwood

Artiste de l’année


Jason Aldean
Luke Bryan
Miranda Lambert
Blake Shelton
Taylor Swift

 

K.Rogers, B.Bare et J.Clement introduits au Country Music Hall of Fame...

Kenny Rogers, Bobby Bare et Cowboy Jack Clement ont été sélectionnés pour être célébrés et introduits au Country Music Hall of Fame in Nashville. Leur introduction se déroulera plus tard cette année et fera l’objet d’une cérémonie spéciale.

Kenny Rogers (left), Bobby Bare and Cowboy Jack Clement

Rogers fut élu dans la catégorie de country moderne – artistes qui deviennent éligibles 20 vingt ans après une reconnaissance nationale. Bare, lui, est élu dans la catégorie des vétérans – pour les artistes reconnu pour leurs carrières de plus 45 ans. Clement, un producteur légendaire et auteur-compositeur, fut, quant à lui choisi dans la catégorie non-performer déjà actif avant 1980.

Rogers est né le 21 aout 1938 à Houston. Il a joue dans des groupes de jazz avant attirer l’attention du pays entier avec la première version de son single "Just Dropped In (To See What Condition My Condition Was In)." Son premier succès fut le titre, sorti en 1969, "Ruby, Don't Take Your Love to Town." Vers 1975, Rogers lanca sa carrière solo avec "Love Lifted Me." C’est en 1977 qu’il connut son premier numéro 1 au Billboard avec "Lucille." Vint alors les fameux "Love or Something Like It," "The Gambler," "She Believes in Me," "You Decorated My Life," "Coward of the County"  et bien d’autres encore. On retient aussi ses participations sur les albums d’autres artistes ou encore ses duos tels que "Islands in the Stream" avec Dolly Parton, "Don't Fall in Love With a Dreamer" avec Kim Carnes et "We've Got Tonight" en compagnie de Sheena Easton. Il doit également son statut de star nationale à ses multiples apparitions télévisées dans des téléfilms, séries ou films.

Né le 7 avril 1935 dans l’Ohio, Bare enregistra son premier titre "All American Boy" en 1958. Cette chanson fut reprise par Bill Parsons et connut un succès incroyable alors que Bare faisait son service militaire dans l’armée américaine. Il signa dans la maison de disques RCA Records en 1962 et sortit sa première chanson un an plus tard intitulée "Detroit City," qui gagna le Grammy Award du meilleur enregistrement de country. Il continua à collection les Top 10 avec "500 Miles Away From Home," "Miller's Cave," "Four Strong Winds," "The Streets of Baltimore" et "(Margie's at) The Lincoln Park Inn." Il ne cessa jamais d’enregistrer et sortit en 2005 The Moon Was Blue et Darker Than Light, une collection de chansons folks sortie en 2012.

Clement est né le 5 avril 1931 dans la banlieue de Memphis. Il commença à jouer de la guitare et du dobro adolescent. Après avoir servi dans les Marines, il retourna à Memphis en 1954 et fut engage par Sam Phillips comme producteur pour Sun Records, où il travailla avec quelques noms connus comme Roy Orbison, Jerry Lee Lewis, Carl Perkins, Johnny Cash ou Charlie Rich. En 1961, il déménagea pour le Texas, à Beaumont exactement, sur la demande du producteur Bill Hall. Les deux acolytes ouvrirent Gulf Coast Recording Studio et le Hall-Clement. Clement travailla aussi avec ses amis Dickey Lee, Bob McDill et Allen Reynolds. Durant toute cette période, il persuada George Jones d’enregistrer le titre de Dickey Lee intitulé "She Thinks I Still Care," ainsi que son propre titre "Just Someone I Used to Know." Après avoir produit l’album "Ring Of Fire" de Johnny Cash en 1963, il devint un résident permanent de Nashville. Pendant sa longue carrière, il produisit des albums pour tout un tas d’artistes, plus prestigieux les uns que les autres, comme Bare, Waylon Jennings, Eddy Arnold, Louis Armstrong, U2, The Stonemans, Doc Watson, Emmylou Harris, Townes Van Zandt et Dickey Lee.

Félicitations à ces trois monstres de la Country Music…

Sorties CD de la semaine du 8-14 avril 2013

Eric Church et Brad Paisley ont sorti leurs nouveaux albums respectifs mardi 9 avril, faisant suite à leurs performances durant le show accompagnant la cérémonie des Academy of Country Music Awards.

Church, qui a gagné le prix du meilleur album de l’année pour son chef d’œuvre Chief, nous offre son Caught in the Act : Live (RCA Records), un projet enregistré en octobre au Tivoli Theatre à Chattanooga, Tennessee. Les 17 morceaux contiennent les désormais célèbres hymnes "Springsteen," "Smoke a Little Smoke," "How 'Bout You" et "Creepin'."

Paisley, quant à lui, a finalement sorti son Wheelhouse (Arista Nashville) sur lequel on retrouve le tube "Southern Comfort Zone" et son deuxième single "Beat This Summer. " Il attire l’attention de tous les medias nationaux cette semaine pour son titre "Accidental Racist", une chanson sur laquelle le rapper LL Cool J apparait et qui traite du sujet sensible du racisme dans le sud des États-Unis.

Les fans inconditionnels de Dolly Parton et Willie Nelson pourront compléter leur discographie avec leurs collaborations sur l’album de duos de Paul Anka intitule simplement Duets (Sony Legacy).

Chuck Wicks qui atteignit le Top 10 des singles en 2007 avec son "Stealing Cinderella" revient avec un EP de 5 titres intitulé Rough (Liz Rose Music). Decouvrez ou re-découvrez cet artiste:



Voici la liste des sorties de la semaine :

April 9
Brad Paisley – Wheelhouse

Eric Church – Caught in the Act: Live


Paul Anka – Duets


Mark Newton & Steve Thomas – Reborn


Javi Garcia – The Great Controversy

Pour ceux qui ne connaissent pas encore Javi Garcia voici un petit extrait live :

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site